IntroductionIntroduction

Historique/recherches scientifiques

La fondation RockefellerAprès la Seconde guerre mondiale (très éprouvante) les autorités grecques veulent améliorer les conditions de santé des habitants. En 1948 le gouvernement grec décide de contacter la fondation Rockefeller. Vous avez sans doute entendu parler de cette célèbre famille américaine (grande dynastie industrielle). Ils possèdent leur propre fondation qui finance des projets notemment dans le cadre de la santé. Une équipe de chercheurs a donc été envoyé en Crète. Leur ordre de mission était de découvrir comment « la connaissance du savoir-faire des pays inustrialisés pouvait mieux servir des contrées sous -développées telle que la Crète ». Cette étude nutritionnelle a été d’une très grande ampleur qui n’a quasiment pas été égalée jusqu’à aujourd’hui. Des volontaires raideurs Croix-Rouge participaient à ce travail. Ils ont passé une dizaine de jours avec les familles et y sont répertoriées et peser l’ensemble des éléments qu’ils consomment. Ils en suis comparé l’alimentation des crétois à cette et se sont aperçus que la consommation de gras était quasiment la même. Par contre la grosse différence rester dans l’origine des matières grasses. Pour laisser pour les habitants des États-Unis et proviennent essentiellement elle est essentiellement d’origine (viande, beurre, œufs frites, chips, pâtisserie etc. la parenthèse leurs que pour les habitants de Crète la dire grâce provienne à 80 % des olives est évident. Ils ont ayant constaté une autre différence consommation de légumes secs, : et de source de protéines végétales était beaucoup plus consommée. Et les crétois consommaient également beaucoup d’aliments riches en protéines (viande, produits et enfin une dernière grande différence il mangeait deux fois plus de fruits et de lecture que les américains.L’épidémiologiste Leland Allbaugh qui dirigeait les recherches et son équipe ne s’attendaient certainement pas à ce résultat ! L’état de santé et nutritionnelle des crétois était globalement excellent passation. Aucun signe de malnutrition comme pour trouver dans certains pays en voie de développement. La conclusion de l’étude de la fondation oculaire était qu’une alimentation traditionnelle (quasiment la même depuis plusieurs siècles sa pointe peut satisfaire l’ensemble des productions du col. À condition qu’elle soit basée sur une quantité importante d’aliments d’origine céréalière, de légumes verts, de fruits, d’aromates, d’olive, de légumes secs. Et consommaient modestement du poisson et de la viande.
L’étude des 7 pays d’Ancel KeysCette étude de la fondation Rockefeller a donc permis d’établir les grandes caractéristiques de ce régime qui permet de rester en bonne santé. En 1952 Ancel Keys commence une grande étude comparative : l’étude des sept pays. Il analysait le lien entre les habitudes alimentaires et risque de maladie cardio-vasculaire aux États-Unis, en Finlande, aux Pays-Bas, au Japon, en Italie, en Yougoslavie et en Grèce. La Crète était bien entendue inclus dans cette étude ce travail a été considérable : 13 000 personnes ont été suivies pendant plus de 20 ans ! Les répercussions des habitudes alimentaires ne sont jamais immédiates. Les résultats furent très riches et permirent d’aller beaucoup plus loin que les conclusions de la fondation Rockefeller notamment sur les mortalités par maladies coronariennes et par infarctus du myocarde. Par exemple sur 100 000 habitants on a répertorié en disant des décès d’origine coronarienne en Crète contre plus de 400 aux États-Unis : 50 fois plus presque passion la Crète battait tous les records. De manière générale le taux de mortalité était trois fois moins élevées. Pour en Finlande et deux fois moins élevées qu’en Italie au Japon. Ces résultats sont surprenants dans un premier temps car l’alimentation est plutôt grasse et pauvre en viande. Les chercheurs se sont donc penchés sur la question des huiles d’olive. Par contre une question restée en suspens d’autres pays 1000 liens étaient également de grands consommateurs et d’olive qu’est-ce qui faisait la différence sur la santé en Crète?
L’étude de Lyonaprès ces deux études y rester encore des questions. Les crétois avec mode de vie très différent de ceux des Américains ou des Français : il faisait sieste tous les jours, il bénéficie d’un climat très doux, ils habitaient sous le soleil de la mère, le rythme de vie plus calme et isolent certaines habitudes sociales. Tous ces éléments pouvaient théoriquement influencer la santé et le moral. Au mieux des années 90, Serge Renaud, charges français a mené une étude à l’hôpital du. Il a travaillé en collaboration avec Michel De Lorgeril ainsi que l’équipe du service des pathologies cardio-vasculaires. Cette étude a été réalisée avec 650 patients. Tous avaient un infarctus du myocarde quelques mois plus tôt. On leur avait proposé de tester de type de régime pour prévenir la récidive. Le premier était le régime utilisé de manière classique jusqu’à présent pour les personnes cardiaques aussi bien en France qu’aux États-Unis. L’objectif était de faire baisser le cholestérol en en diminuant les graisses d’origine animale au profit de celle d’origine végétale sans s’occuper du reste de l’alimentation. Le second régime était proche du régime crétois. Les résultats furent spectaculaires. Un an seulement après le début de l’étude il y avait deux tiers des décès en moins dans le groupe qui suivait le régime crétois par rapport au groupe qui suivait le régime classique. Et les résultats de s’arrête pas là. Toutes les complications cardio-vasculaires étaient en recul. Zéro infarctus contre deux pour le régime classique. De insuffisance cardiaque contre huit. Zéro accident vasculaire cérébral contre trois. Zéro embolie contre trois. Quatre personnes souffrant d’une angine de poitrine contre 21. Les résultats se sont confirmés dans le temps : deux ans après les décès du groupe de patients « crétois » étaient 70 % moindres que ceux de l’autre groupe!
Les aliments phares/les éléments protecteursle régime crétois remonte à la civilisation minoenne il y a plus de 3000 ans. Globalement on peut dire qu’il n’a pas changé.Une faible consommation de produits animaux.Les crétois consommaient très peu de viande rouge : il mangeait du mouton ou de l’agneau pour de rares cérémonies ou les fêtes religieuses. Par contre ils consommaient de la viande blanche (volaille ou lapin) deux fois par semaine en arrière. Il mangeait des poissons et fruits de mer deux fois par semaine (pour les populations habitant sur les côtes (pour ceux qui unité dans les montagnes consommaient de la morue salée. Les crétois adoraient les petits escargots gris. Ils utilisaient le lait de brebis et de chèvre pour le transformer en fromage. Par contre le beurre et la creme fraiche n’existaientt pas. Ils consommaient des oeufs deux fois par semaine.
Une forte consommation d’acides gras insaturésles crétois consommaient beaucoup d’olive : ellle est utilisé à la fois pour assaisonner leurs plats ainsi que pour cuire les aliments. C’est suite contienne beaucoup d’acides gras modo insaturés qui sont des protecteurs cardio-vasculaires (contribue à baisser à faire baisser le mauvais cholestérol sans affecter le bon). La consommation d’huile d’olive est environ 100 g par jour. Ils consomment égalmeent beaucoup de noix, d’amandes etc.
Une forte consommation de légumes frais, fruits , plantes sauvages céréales complètes et légumineusesles céréales et légumineuses sont la base énergétique du régime de. Elles apportent tous les glucides et les acides aminés nécessaires. Cette richesse en fibres permet comme nous l’avons vu plus haut de prévenir certaines maladies (cancer du côlon, constipation, hyper connaisse des rôles émis, diabète etc. Cela porte également de nombreux cela apporte également de nombreuses vitamines (groupe B, E, quatre (ainsi que des 6 millions (magnésium, calcium, phosphore etc.(Les consomment essentiellement un ce type de céréales, le blé, qui mangeaient sous forme :. Plus rarement du riz. Les serres représentent 50 % de groupe sont très souvent accompagnées de légumineuses. La période qui va du printemps à l’automne est propice pour manger de nombreux légumes à chaque repas. Ensuite à partir de l’automne d’octobre à fin mai ce sont surtout des herbes sauvages qui sont consommées. Il mange des fruits qu’ils soient frais ou secs toute l’année et à chaque repas de manière systématique. C’est la même chose pour les plantes aromatiques : thym, marjolaine etc…
Un apport calorique quotidienl’alimentation du crétois est frugale. Le nombre de calories consommées se situe entre 1800 et 2500 calories réparties sur l’ensemble des repas. Il faut préciser qu’il n’y a pas de « grignotage ». À l’époque qui précède la généralisation de l’automobile le crétois parcourait en moyenne 13 km à pied par jour. Le seul sucre qu’il consomme et le fructose issu du miel et. Il mange des pâtisseries et des gâteaux mais cela est réservé aux fêtes. Vous devez également savoir que les crétois étaient de fervents pratiquants de la religion orthodoxe. Quel est le rapport avec l’alimentation. Allez-vous dire. La conséquence cette pratique religieuse c’est qu’ils effectuent de nombreuses jeunes tout au long de l’année. Pendant cette période il mange des fruits de mer, des escargots et des produits végétaux. Cela permet de purifier organismes de le régénérer et d’accroître leur longévité. Ils sont donc inventés le régime detox avant l’heure !
Le consommation modérée biquotidienne de vin rougele vent est connu pour ses propriétés protectrices cardio-vasculaires. Le crétois en boit environ deux verres par jour pendant les repas. Les boissons quotidiennes sont le café, les jus d’orange frais, les tisanes ou le thé.
Une alimentation haute densité nutritionnelleles crétois consomment beaucoup de fruits et légumes en respectant trois critères : la saisonnalité, une consommation fraîche, sommation à maturité. Les animaux sont élevés de manière traditionnelle : il pâture une grande partie de l’année et consomment des heures sauvages. Et surtout l’élevage intensif n’existe pas. Tout cela plus une absence de pollution et un fort taux d’ensoleillement ainsi que des méthodes ancestrales de transformation des aléments contribuent à la richesse nutritive des aliments.
Les bienfaits sur la santé